Mars 2018, une info sort : M6 est en négociations exclusives avec un (obscur) fonds d’investissement américain pour la vente des Girondins. Tavernost avait annoncé des négociations exclusives jusqu’à la mi-mai, les salariés du club avaient été briefés « Attendez-vous à ce que le club soit vendu pour l’été »

Mais on déchante vite : les négociations n’aboutissent pas :  « Les garanties ne sont pas apportées pour une cession à court terme » déclare le président du directoire de M6 Nicolas De Tavernost » .

Tavernost communique exclusivement sur le terme des « garanties ». Des éléments de langage soigneusement choisis pour dire « Les américains ne veulent pas payer le prix demandé » … Et c’est vrai que GACP, le fonds de Joseph DaGrosa  a une surface financière qui ne dépasse pas les 15 ME, alors que Tavernost réclame 70 ME cash pour céder le club, plus autant de fonds propres « pour assurer la pérennité du club ».

Joseph DaGrosa candidat pour la vente des Girondins

Et c’est là le fond du problème

Tavernost est gourmand, très gourmand pour la vente des Girondins… M6 a déjà été approché par McCourt, Gérard Lopez et d’autres investisseurs. Mais tous ont reculé face au prix demandé par Tavernost. Rappelons que McCourt a acheté l’OM pour 45ME ou que Dmitri Rybolovlev a acheté Monaco contre le versement de 100 ME sur 4 ans.

M6 veut récupérer l’argent injecté chaque année dans le club depuis 8 saisons pour combler les déficits d’exploitation devenus structurels. C’est de bonne guerre, difficile de lui en vouloir … mais c’est comme une bagnole : c’est pas parce que tu as du payer plein de réparations que sa valeur Argus a augmenté du prix de réparations faites dessus ….

Mais Tavernost s’accroche. Il veut vendre. Alors il rallonge la période de négociations exclusives jusqu’au 15 juin.

Et DaGrosa revient avec une nouvelle offre estimée à 50 ME + 60 ME de fonds propres… mais Tavernost refuse à nouveau.

Et après le 15 juin …

… la vente continue. Le délai est passé, mais Tavernost cherche toujours un acheteur, n’importe lequel, du moment qu’il pose l’argent sur la table.

DaGrosa reste un investisseur avec lequel les Girondins vont continuer à discuter au delà de la date « au même titre qu’avec les autres aspirants potentiels« …. dont on ne connait ni l’identité, ni le projet. Existent-ils au moins ?

Investisseurs

Des Girondins trop cher ?

Le prix est d’évidence le sujet qui fâche. Rappelons que Tavernost exige 70 + 70 ME. Ca fait 140 ME à poser sur la table pour celui qui veut prendre le contrôle du club …

Avec un déficit 2016-2017 de 14.5 ME et un exercice 2018-2019 qui pourrait être encore plus sinistre (ah, le licenciement de Gourvennec…) la mariée n’est _financièrement_ pas vraiment sexy …

Des investisseurs américains implantés dans le sport viennent pour développer un club en s’appuyant sur l’actif joueur et sur la « fanbase », les supporters  qu’il faut exploiter au travers de la billetterie, au travers des produits dérivés etc … Le potentiel affectif est une vrai valeur marchande aux USA. Les américains, c’est des gens qui imaginent des tribunes familiales, avec un concert à la mi-temps, des pompoms girls, que chaque match soit un événement festif comme si on allait au théâtre, au spectacle. Mais à Bordeaux, la billetterie, les maillots et le sponsoring ce n’est pas énorme. Souvenez vous, les Girondins ont galéré pour trouver des sponsors maillots l’an dernier après le départ de Kia … Est-ce que Bordeaux a cette « fanbase » avec son Matmut qui peine à atteindre 50% de taux de remplissage ?

Quant à l' »actif joueurs » à Bordeaux ça se résume à Malcom. Alors tout l’enjeu c’est aussi de savoir si le club réalise la plus-value annoncée avant la vente ou après…. mais le transfert de Malcom n’est pas si évident que ça. Ben oui, si t’as beaucoup d’acheteurs potentiels pour une Clio à 10.000 euros, la clientèle pour une Porsche à 100.000 est nettement plus restreinte.

La véritable question à se poser c’est de savoir si de Tavernost n’a pas mis la barre trop haute pour la vente des Girondins et posé des exigences inacceptables pour n’importe quel acheteur…

Parce que la vente des Girondins, c’est un peu comme si vous vendiez une maison à son prix normal + le montant du crédit qui reste à payer, tout en exigeant d’investir autant en ravalement l’an prochain …