La vente des Girondins, cest décidé : les Girondins de Bordeaux vont quitter le giron de M6 pour entrer dans celui de l’obscur fonds d’investissement américain GAPC, créé pour l’occasion par Joe DaGrosa, dont le principal fait d’armes se résume à avoir racheté et revendu (avec un confortable bénéfice) 248 restaurants Burger King aux Etats-Unis en 2006.

La vente des Girondins, véritable boulet financier pour M6 avec près de 90 ME de pertes cumulées depuis 2011, était devenue le seul objectif de Nicolas de Tavernost depuis près d’un an. Le fiasco de l’aventure Gourvennec a encore fragilisé sa position face à des actionnaires qui en ont marre de voire partir les bénéfices de M6 dans le comblement du déficit des Girondins plutôt que dans leurs dividendes. La vente des Girondins est assurément une bonne nouvelle pour M6 et ses actionnaires qui voient la fin de la galère financière.

Après avoir échoué auprès de McCourt et Lopez, qui n’ont pas accepté le prix de vente exigé par Tavernost, son acharnement à repousser de mois en mois l’échéance des négociations avec DaGrosa a montré sa détermination à aboutir à un accord avec ce dernier. Coûte que coûte…

DaGrosa, un illustre inconnu

Joe Dagrosa est un illustre inconnu. Inconnu du monde de la finance en général, inconnu du monde du foot en particulier. Lorsque son nom a été révélé en mars dernier, Google ne connaissait le personnage qu’à travers la gazette mondaine de Miami.

On aura beau nous parler de toutes les garanties, du maintien du « standing » des Girondins, et autres éléments de langage il restera un fait qui s’impose à tous : Joe DaGrosa n’a pas la surface financière d’un McCourt ou d’un Lopez, et il a ramé 5 mois pour constituer un tour de table permettant de rassembler les 70 ME exigés par Tavernost pour céder les rênes du club. Difficile d’imaginer qu’il nous propose un « Champions Project » à 200 ME. Pour le moment, il a surtout exigé de fermer la télé des Girondins et aucun joueur n’a été acheté malgré de confortables ventes …

Joseph DaGrosa

Il sera donc intéressant de suivre la suite des événements : quel projet apporte DaGrosa ? Un projet sportif ou un projet de Merchandising ? Avec quels hommes ? Avec quel calendrier ? Avec quel budget (ne confondons pas prix de vente et budget à investir) et quelles recrues.
L’annonce de cette vente arrive en pleine intersaison, au plus mauvais moment : incertitudes sur la future équipe dirigeante, Poyet restera-t-il, si il part qui pour le remplacer, quels budgets de recrutement …. beaucoup d’incertitudes qui pousseront de potentielles recrues à préférer une destination offrant plus de certitudes…

Et admettons d’emblée qu’un fonds d’investissement qui se paye un club de foot vient pour faire de l’argent AVEC le Sport, pas l’inverse …

Joe DaGrosa va devoir rapidement se retrousser les manches et risque peut-être de trouver quelques cadavres dans les placards girondins, au premier rang desquels l’AS Roma qui estime avoir été trompée par les Girondins et menace désormais de poursuivre le club bordelais en justice. N’oublions pas la fiscalité française, les règlements européens et toutes ces subtilités auxquelles DaGrosa va devoir se familiariser très vite… de même si il veut faire passer la fréquentation du Matmut de 26.000 à 42.000 ça ne sera probablement pas avec l’équipe alignée hier face à Ventspils.

L’échec de M6 et de Tavernost

Mais cette vente met surtout en avant l’échec total de M6 dans la gestion d’un club de foot, sur ces 10 dernières années. Incapable sportivement de jouer le TOP 5, au contraire de clubs ayant un budget inférieur (Nice, Sainté, …), un compte en banque qui ressemble au tonneau des Danaides, les Girondins n’ont fait que régresser depuis leur titre de 2009. Et même si M6 a eu le fair-play de toujours renflouer les comptes, on ne peut pas exonérer Tavernost de la responsabilité de la mauvaise gestion du club car c’est bien lui qui a maintenu « son ami » Jean-Louis Triaud en place, c’est bien lui qui prenait les décisions pour le choix du coach, c’est lui qui donnait (ou pas) le feu-vert pour les recrutements … jusqu’à ce que les actionnaires de M6 lui imposent de remplacer Triaud.