Cet article a plus de 8 ans. Il ne concerne pas la saison actuelle. Pensez à le replacer dans son contexte !!!

Sévèrement tancé dans la presse par l’élu socialiste bordelais Matthieu Rouveyre qui a en outre déposé un recours au tribunal administratif visant à faire annuler la délibération autorisant le Maire de Bordeaux à signer le contrat de partenariat pour la réalisation du Grand Stade de Bordeaux en soulevant huit illégalités potentielles, Nicolas de Tavernost lui a répondu par une lettre ouverte pour défendre le projet…

Cette lettre, publiée sur le site des Girondins, tente de démonter les arguments de Matthieu Rouveyre et de mettre en avant tous les bienfaits du projet pour l’agglomération bordelaise, mais parviendra-t-elle à convaincre les sceptiques ? Nous en doutons un peu …

Première ligne de défense de l’actionnaire bordelais « M6 n’a jamais gagné d’argent avec les Girondins« . Il pondère lui même en précisant que si Bordeaux a rapporté de l’argent à son actionnaire sur certaines périodes, il a parfois fallu compenser les déficits. Mais Nicolas de Tavernost reste vague, pas le moindre chiffre pour étayer son propos, on reste sur des généralités peu vérifiables…

Second argument avancé par Tavernost : l’impact des Girondins sur l’économie régionale. « Le club crée chaque année des emplois et contribue pour plus de 40M€ par an au paiement d’impôts, de taxes et de cotisations de toute nature« . Certes … bien que l’essentiel de ces charges soit constitué par les charges patronales sur la masse salariale de l’effectif professionnel, soit 28 joueurs.
Mais quel rapport avec le stade ? Que l’équipe évolue à Chaban ou au nouveau stade, est-ce que ça change grand chose au montant des charges et impôts réglés par le club ?

Nicolas de Tavernost conclue le chapitre économique par un péremptoire « Par ailleurs, le club génère des retombées économiques significatives dans toute l’agglomération« . Mais là encore, on reste sur notre faim avec une affirmation qui n’est étayée par aucun élément factuel. Certes, les joueurs pros achètent probablement leur Ferrari, Porsche, Audi ou Mercedes aux concessions locales et leurs résidences aux agences immobilières du coin … mais là encore, Tavernost noie le poisson en amalgamant la vie économique normale du club avec les gains prévisionnels du futur stade eu égard à l’investissement consenti…

Nicolas de Tavernost

Le troisième point d’argumentation du patron des Girondins porte sur le pourquoi du nouveau stade : « Le changement de stade s’avère aujourd’hui une nécessité. Trop vétuste, les conditions d’accueil et de sécurité y sont de plus en plus délicates (…) »
Cette fois, il avance un argument : accueil et sécurité à Chaban. Surement … mais pourquoi dans ce cas l’Union Bordeaux Bègles souhaite y jouer ses matchs de gala ? Pourquoi Johnny Halliday va y donner un grand concert en juillet prochain ? Ceci dit, on ne peut nier la vétusté du stade Chaban et c’est sans doute l’élément le moins contestable de l’exposé…

Ensuite, il défend l’investissement de M6 pour le stade : « Un investissement unique en France pour un club de Ligue 1 : un apport de 20M€ et un loyer de 3,8M€ par an sur 30 ans« . Là, nous avons un gros doute … Jean-Michel Aulas annonce pour le financement de son stade des Lumières 150 millions de fonds propres apportés par l’OL auxquels s’ajouteront les financements des autres partenaires privés du projet. Même en multipliant 3,8 par 30 et en ajoutant 20, l’investissement de M6 reste inférieur à celui de l’OL. A Lille, le LOSC paiera une redevance de 7,5 Millions d’Euros sur 31 ans, soit 232 Millions au total ! Mr de Tavernost, expliquez nous votre mode de calcul SVP, on ne comprend pas.

stade17

 

Dernier point défendu par Tavernost : « [Le nouveau stade] générera sans aucun doute de nouveaux revenus« . Là, il n’ose même plus utiliser l’affirmatif.

« Ce nouveau stade sera en outre un facteur d’emplois, sa construction d’abord, son entretien et exploitation ensuite. » Que l’on construise un stade, des logements, un musée, une centrale nucléaire ou une faculté, il y a des emplois induits pour la construction, l’entretien et l’exploitation. Mais quels AUTRES emplois seront induits par ce stade ? Bilbao a investi 150 millions dans son musée Guggenheim. Retour sur investissement en cinq ans. Le musée a généré 40.000 emplois direct ou indirects dans la ville avec la venue annuelle de 1 million de touristes. Bilbao dispose également d’une équipe de football évoluant en première division espagnole. Génère-t-elle les mêmes dividendes pour la ville ?

Mais surtout, ce qui frappe dans la lettre ouverte de Nicolas de Tavernost, c’est l’absence totale de référence à un quelconque projet sportif en rapport avec le nouveau stade et son club. Il aurait pû introduire un peu de passion, l’ambition de retrouver les sommets, l’ambition d’animer de nombreuses soirées de Ligue des Champions et de faire vibrer la ville avec de grandes affiches pour la prochaine décennie … mais de tout ceci, nenni.

A croire que lui-même n’y croit plus.