Alors les Girondins sont en déliquescence sportive, Ulrich Ramé reste muré dans ses silences. Pourtant, en tant que Directeur Technique du club, il est le premier concerné par la situation actuelle et son analyse serait intéressante à connaitre, ainsi que les actions que le club met en oeuvre pour sortir de l’ornière.

Directeur Technique, Directeur Sportif, Directeur de la Performance, Coordinateur sportif, Responsable de la cellule de recrutement … on s’y perd un peu pour savoir exactement quel est le périmètre des responsabilités d’Ulrich Ramé, comme nous l’avions déjà relevé en 2016. Il est néanmoins aisé de comprendre qu’il se positionne entre l’entraîneur et le président, et est en charge de l’aspect sportif .

Reste qu’il est difficile de comprendre qu’il ne s’exprime pas au sujet de la crise sportive que traverse le club. Le sportif, c’est bien son domaine de responsabilité ! Mais c’est Stéphane Martin qui communique auprès des médias pour défendre Gourvennec… C’est également un secret de polichinelle qu’entre Ramé et Carrasso le courant ne passait pas et que le premier n’a rien fait pour que le second reste à Bordeaux. Et ça, c’est la version politiquement correcte …

Le fond du problème est sans doute ailleurs. Ulrich Ramé _joueur_ disposait d’une clause lui offrant une reconversion au sein du club. Propulsé « Directeur de la Performance » en 2014, puis « Directeur Technique » en 2016 lors de l’arrivée de Gourvennec, Stéphane Martin parle de lui en tant que « Directeur Sportif ».

Mais le timide Ulrich Ramé a-t-il les épaules pour superviser l’activité de recrutement et de vente des joueurs, pour négocier avec les agents, parle-t-il plusieurs langues pour discuter avec les joueurs, agents, clubs étrangers, a-t-il le charisme nécessaire pour recadrer des joueurs un peu dilettante, a-t-il la compétence et l’autorité requise pour arbitrer sur un recrutement … ? Christophe Dugarry a déjà ouvertement posé la question de la capacité à occuper ce poste pour Ramé.

Rappelons nous que cet été, Ulrich Ramé préférait Luuk de Jong (avant centre grand et fixe) alors que Jocelyn Gourvennec souhaitait de Préville (polyvalent et mobile). C’est finalement l’attaquant lillois qui a été recruté, avec l’appui de Nicolas de Tavernost qui s’est rangé du côté de Gourvennec. Pas simple non plus quand un président s’immisce dans le secteur sportif et désavoue son directeur sportif…

Il se murmure en interne au club que Ramé « n’aurai pas pris la mesure du poste qui est le sien »… Et comme l’a évoqué Sagnol sur SFR Sports, « Aujourd’hui, le directeur sportif à Bordeaux, ça fait quatre mois que les résultats sont catastrophiques et il n’a pas pris la parole une fois »

Alors, Ramé est-il simplement incompétent, dépassé et sans pouvoir décisionnaire ou son silence n’est-il que l’expression de ses désaccords avec Gourvennec ?