Cet article a plus de 5 années. Il ne concerne pas la saison actuelle. Pensez à le replacer dans son contexte !!!

Depuis le titre de 2009, les Girondins affirment être empêtrés dans des problèmes de masse salariale. Nous avons essayé d’en savoir un peu plus afin de faire la part des choses et identifier les plus gros salaires des Girondins de Bordeaux…

Compte-tenu de l’absence de communication du club sur le sujet, nous avons été chercher des infos sur le sacro-saint Google en posant la question « Salaire [nom du joueur] » et en observant la réponse. Nous avons été surpris de constater que Google affichait d’emblée le chiffre des salaires de la plupart des joueurs de Bordeaux.

NOTE : Nous n’avons pas les moyens de certifier ces chiffres, nous nous en remettons à la parole de Google.

Vous pouvez bien évidemment faire la même recherche sur Google de votre coté pour vérifier ou cliquer directement sur chaque photo afin de vérifier la réponse du moteur de recherche référence.

A noter que le salaire moyen du joueur de Ligue 1 est de l’ordre 45.000 euros mensuels soit 540.000 euros par an.

Salaire Carrasso

Le premier sur le podium des salaires bordelais est Cédric Carrasso, avec 1,98 Million d’euros par an, soit 165.000 euros par mois. C’est un salaire très élevé, obtenu lors de sa prolongation de contrat de mai 2011. Si sportivement, il n’y a pas grand chose à reprocher à Carrasso, on peut s’interroger sur l’opportunité de s’offrir un gardien aussi « cher » pour jouer le ventre mou… il est lié au club jusqu’en juin 2015

Salaire Chalmé

Le second du podium est Matthieu Chalmé, avec 1,2 Million d’euros par an, soit 100.000 euros par mois. Là, ça commence à faire piquer pour un joueur qui n’est appuru sur les terrains de L1 que 21 fois depuis juin 2011… et encore pas tous comme titulaire. Il est lié aux Girondins jusqu’en juin 2014

Salaire Planus

Le troisème à prendre place sur le podium est Marc Planus, avec 1,02 Million d’euros par an, soit 85.000 euros par mois. Là encore, on est avec un joueur qui n’est plus titulaire, qui a perdu le brassard de capitaine et qui accuse de cruelles limites physiques. Il est lié aux Girondins jusqu’en juin 2015

Salaire Bellion

Juste derrière, suit David Bellion, avec 960.000 euros annuels soit 80.000 euros par mois. Pas mal pour un titulaire du banc, de la CFA, voire des tribunes. Depuis juin 2010, il a marqué en tout et pour tout UN but sur les terrains de L1. Il est lié aux Girondins jusqu’en juin 2014.

salaire Ben Khalfallah

A égalité, toujours avec 960.000 euros annuels soit 80.000 euros par mois, on trouve Fahid Ben Khalfallah. Que dire de lui ? Il ne joue quasiment plus, n’a jamais réussi à trouver ses marques aux Girondins. Il est lié au club jusqu’en juin 2014.

Salaire Obraniak

Un peu plus bas, avec 924.000 euros annuels soit 77.000 euros par mois, on trouve Ludovic Obraniak. Un vrai talent, une vraie technique, assez difficile de comprendre ce positionnement salarial relativement modeste. Il est lié au club jusqu’en juin 2015.

Salaire Jussie

A quelques encablures, c’este Jussie qui émarge à 900.000 euros annuels, soit 75.000 euros par mois. Surnommé « l’intermittent du spectacle », il a obtenu ce salaire en 2010 pour un contrat qui court jusqu’en juin 2015.

Salaire Nguemo

Salaire Maurice-Belay

Egalement très proches, on trouve dans un mouchoir de poche Landry NGuemo (888.000 euros annuels) et Nicolas Maurice-Belay (864.000 euros annuels). Des joueurs moyens, que personne ne nous envie, exhumés de clubs habitués à jouer le maintien qui ont tiré le gros lot en décrochant un contrat à Bordeaux.

Salaire Sertic

Salaire Diabaté

A l’autre bout de l’échelle salariale des Girondins, on trouve Gregory Sertic et Cheik Diabaté qui émargent a 240.000 euros par an, soit 20.000 euros par mois. C’est le tarif syndical en sortie du centre de formation des Girondins. Le premier est sans doute le joueur le plus bosseur du groupe, l’autre est le meilleur buteur du club la saison passée.

Nous laissons à chacun le soin de tirer ses propres conclusions quant à la clairvoyance des responsables Girondins qui ont pesé la valeur sportive de leurs joueurs pour leur octroyer ces contrats… en rappelant que les chiffres affichés sont fournis par Google.