Cet article a plus de 9 ans. Il ne concerne pas la saison actuelle. Pensez à le replacer dans son contexte !!!

Alors qu’en fin de semaine dernière l’hypothèse Le Guen semblait tenir la corde, visiblement les cartes sont à nouveau rebattues pour le nom du futur coach car Jean-Louis Triaud a rencontré Francis Gillot à Paris hier. Visiblement, la démonstration de jeu faite à Chaban Delmas lors de la déculotté subie (0-4) face à Sochaux a marqué les esprits bordelais. Parallèlement, les exigences de Paul Le Guen en terme de staff auraient également refroidis les dirigeants bordelais qui auraient finalement renoncé à s’attacher ses services.

L’ancien coach du RC Lens se lamente du manque d’ambition de Sochaux qu’il vient d’amener à la 5eme place du championnat et de qualifier directement pour la Ligue Europa. Il veut franchir un palier. Et visiblement, il n’est pas insensible au projet bordelais puisque on a dépassé les discussions préliminaires ou d’approche, dans la mesure où il y a eu une rencontre concrête à Paris hier entre le président Bordelais et le sochalien.

Francis Gillot

Ancien adjoint de Joel Muller à Lens, il lui a succédé en 2005 avant de démissionner en 2007 pour n’avoir pas réussi à qualifier le club pour la Ligue des Champions. Il est à Sochaux depuis 2008 ou il vient d’accomplir une saison particulièrement réussie.

Autre avantage (et non des moindres) de Gillot sur les autres prétendants, Paul Le Guen en tête : son salaire presque de moitié inférieur à celui que touchait PLG (85 000€/mois) du temps où il était au PSG. A Sochaux, Gillot reçoit 50 000€ brut par mois soit 600 000€ par an. C’est moitié moins que les 1,320M€ annuels du salaire de Tigana. Bref, même si Francis Gillot bénéficierai naturellement d’une revalorisation salariale en signant à Bordeaux, les Bordelais feront toujours une meilleure affaire financière à prendre le coach de Sochaux que tout autre entraîneur cités.

Reste que son président Alexandre Lacombe n’a pas la moindre envie de le lâcher comme il l’a encore répété il y a peu dans l’Est Républicain : « Que Francis soit regardé, ça me semble logique. Tout le monde prédit une grande valse d’entraîneurs. Forcément, son nom ressort par rapport au travail accompli. Il est sous contrat, je lui ai montré que j’avais envie de faire une équipe pour faire quelque chose de sympa sportivement. Voilà. Être sollicité, c’est la rançon du succès »