Cet article a plus de 10 ans. Il ne concerne pas la saison actuelle. Pensez à le replacer dans son contexte !!!

Tigana confirmé mais fragilisé avant la réception de Nice… En cas de mauvais résultat, nombreux sont ceux qui pensent que Jeannot sautera. Décryptage.

Les langues se délient chez les joueurs, mais aussi dans l’entourage du club. Et la cible de toutes les critiques n’est pas forcément Jean Tigana mais également son adjoint Michel Pavon, que lui a imposé Jean-Louis Triaud. Nombreux sont ceux qui ne comprennent pas que Tigana, en dépit d’un recrutement raté cet été, soit pointé du doigt comme l’unique responsable de la déroute bordelaise.

De nombreux supporters gardent à l’esprit les piètres résultats et spectacles des saisons 2004 et 2005, quand Pavon dirigeait l’équipe qui ne s’était sauvée de la relégation qu’à la dernière journée. Ricardo était arrivé l’année suivante.

Les supporters n’oublient pas non plus que depuis le départ de Charles Camporro en 2006, c’est Pavon qui anime la « Cellule détection et recrutement » du club.

Les dés étaient donc pipés d’entrée pour un Tigana déconnecté du foot arrivant du Sud-Est et un Pavon au club depuis toujours, dans la coulisse ces dernières années. « De l’extérieur, j’ai un peu l’impression qu’il est seul dans la réflexion et la décision, commente Guy Stephan qui l’a connu à Lyon (1993-1995) et en Turquie. Il faut qu’il y ait une complicité tout de suite avec les différents adjoints. Je n’ai pas l’impression que ce soit le cas. Il semblerait qu’il n’y ait pas beaucoup de relations, ni un gros dialogue entre tous les éléments. »

Michel Pavon et Jean-Louis Triaud

Le vestiaire contre Tigana ?

Le 10Sport met les pieds dans le plat et n’hésite pas à affirmer que Michel Pavon aurait retourné une partie du vestiaire contre Jean Tigana, profitant de sa proximité avec eux (sur et en-dehors du terrain) pour creuser le fossé entre Tigana et son groupe.

A quoi joue Pavon ?

Un autre signe qui montre que « Jeannot » n’a plus la main sur son équipe: le mercato d’hiver sur lequel il n’a eu aucune influence. Le club n’a pas hésité à prêter Henri Saivet sans l’accord du coach qui y était farouchement opposé. Autre exemple : afin de « casser » le clan des Brésiliens, Tigana souhaitait se séparer d’un joueur parmi Jussie, Wendel et Henrique. Une demande rejetée par les dirigeants. Des informations qui mettent en évidence la faiblesse de la position de Tigana aux Girondins.

« Il y a des rôles importants à jouer derrière Jean, notamment pour le couvrir. Qu’il ait une part de responsabilité, c’est peut-être possible. Mais qu’il paye pour les autres, ce serait injuste », souffle Christian Damiano son adjoint à Fulham.

Dans l’entourage du club, si l’issue finale ne fait plus guère de doute, l’incompréhension règne quant aux intentions réelles de Michel Pavon. En confirmant Tigana dans ses fonctions alors que les avis divergeaient au sein du château, Jean-Louis Triaud a en tout cas pris un risque. Celui de faire complètement imploser les Girondins…