La nomination de Gourvennec s’est accompagné d’une annonce passée relativement inaperçue : Ulrich Ramé est devenu « Directeur Technique » des Girondins, après avoir été deux ans « Directeur de la Performance » (depuis mai 2014). C’est l’occasion de nous pencher sur le rôle de l’ancien gardien au sein du club depuis son retour.

En 2014, Jean-Louis Triaud annonçait donc « Il s’occupera de la performance en collaboration avec les entraîneurs, le recruteur et le directeur au niveau de la formation. Puisqu’il faut un titre, ce sera Directeur Performance« . A priori donc, un poste tourné vers le centre de formation, sans lien avec l’équipe première et le recrutement professionnel. De son action au centre de formation pendant deux ans, on ne sait pas grand chose. Force est simplement de constater que la réserve bordelaise a été rétrogradée en CFA2 à l’issue de la saison 2015-2016.

rame_600

En Mars 2016, Ramé (qui a passé les diplômes d’entraîneur) remplace Sagnol. Il sort les Girondins de l’ornière sans particulièrement briller. En fin de saison, la direction renonce à lui confier l’équipe pour la saison à venir et cherche à s’appuyer sur un entraîneur plus expérimenté.

Ramé est donc nommé Directeur Technique après son intérim à la tête de l’équipe première, et voit ses fonctions s’élargir pour « Superviser l’évolution des différentes équipes du club _y compris les féminines_  et avoir un rôle dans la gestion de la cellule de recrutement« . Ce qui frappe, c’est qu’un poste de directeur est usuellement fait pour …. diriger. Dans toute boite normalement constituée, un Directeur dispose d’une équipe, d’un budget, d’une responsabilité opérationnelle. Au niveau des fédérations nationales, les Directeurs Techniques « définissent la politique technique pour l’ensemble du domaine, qui est mise en place et animée par les entraîneurs et les cadres techniques »

Dans une interview publiée dans SoFoot le 5 juillet 2016, Ulrich RAME déclare : « Je suis en charge de la coordination générale des équipes des quatre pôles du club : l’école de foot, le centre de formation, les pros et les féminines. Je dois avoir une vision globale de l’organisation. Chaque pôle a son fonctionnement, qui doit donner au club son identité. Il faut que tout soit lié, coordonné, et représente les Girondins de Bordeaux. »

Donc, Ramé ne dirigera et ne définira rien. Il n’aura aucune délégation budgétaire, il n’aura aucune responsabilité opérationnelle. Il devra « superviser », « coordonner » et « avoir un rôle dans le recrutement » … Pas de verbe « diriger », pas de verbe « définir », pas de verbe « mettre en oeuvre », pas de verbe « animer ». Les mots sont particulièrement bien choisis pour justement limiter le rôle de Ramé à des fonctions consultatives. Le pouvoir décisionnel reste donc concentré entre les mains du seul Jean-Louis Triaud.

Ulrich RAME

Attaqué sur l’absence de directeur sportif ayant la responsabilité de la gestion sportive au sein du club, Jean-Louis Triaud a répondu avec la création de ce poste de « Directeur Technique » qui joue l’ambiguïté avec le terme « Directeur Sportif » mais le poste confié à Ramé est vide de toute substance opérationnelle.

En fait, le poste de Ramé semble plus s’apparenter à celui de Bernard Lacombe à Lyon, qui évolue sous couvert d’une fonction de « conseiller spécial du Président », avec un droit de regard dans à peu près tous les domaines au sein du club. Une sorte de manager général. A priori, à Bordeaux, avec les mots utilisés par le Président, on en est visiblement encore loin…