Augusto « Gus » Poyet est donc le nouveau coach des Girondins. Si son nom n’avait pas filtré dans la presse, c’est avant tout parce c’est Nicolas de Tavernost qui a personnellement négocié sa venue, depuis Paris, avec les conseils d’un « agent » bienveillant.

Le nom de Poyet vient donc allonger la liste des entraîneurs étrangers qui ont officié aux Girondins, depuis les années 80 :

Carniglia, Goethals, Toni, Muslin, Rohr et Ricardo

Ne nous voilons pas la face. Si il ne s’agit pas d’un inconnu, Poyet n’a pas le palmarès d’un Ranieri ou d’un Favre. Ni d’un Preud’homme.

Poyet _joueur_ commence sa carrière de milieu de terrain à River Plate (celui de l’Uruguay, pas d’Argentine) en 1986, avant de rejoindre en 1988… Grenoble (2e division). Oui, oui, Grenoble dans l’Isère. C’est pour cela qu’il « parle français ». Il évolue ensuite à Saragosse puis Chelsea puis Tottenham où il remporte deux Coupes des Coupes, l’une avec Saragosse (1995), l’autre avec Chelsea (1998).

Augusto POYET

Poyet _entraineur_ c’est Brighton en 3eme division anglaise et un titre de champion avant de rejoindre la première division anglaise en 2012 à Sunderland. Il joue la finale de Coupe de la Ligue la première saison et maintient le club à la dernière journée l’année suivante avant d’etre remercié l’année suivante. Poyet quitte l’Angleterre pour rallier l’AEK Athènes (Grèce) où il terminera à la 3e place. Un an après, il rejoint le Betis Séville, mais est limogé 6 mois plus tard en raison de mauvais résultats. Même difficile expérience l’année dernière au Shangaï Shenhua (Chine) d’où il démissionne fin 2017.

Soyons réalistes : son CV ne fera pas rêver les supporters. Tavernost affirme qu’il « met de la gaité dans le vestiaire ». Martin explique qu’un staff sud-américain, « c’est bien quand on a une importante colonie de joueurs sud-américains ». C’est court …

Aprés, laissons lui sa chance, c’est la moindre des choses. Son envie et sa poigne peuvent remettre dans le bon sens la maison bordelaise.

Ce qui surprend le plus c’est que le nom de Gustavo Poyet n’a été révélé au staff bordelais qu’a l’issue du match de Nantes. En même temps qu’à la presse. Ce nom n’avait jamais été évoqué avec l’encadrement bordelais. La tête d’Eric Bédouet quand un journaliste lui apprend le nom du nouveau coach lors de la conference de presse en dit long !

Augusto Poyet

Les négociations ont été menées de bout en bout par Nicolas de Tavernost. Personne à Bordeaux n’a été informé des négociations de Tavernost avec Poyet et ce coach a été imposé sans discussion depuis Paris. Selon nos informations, Stephane Martin n’aurait été informé que quelques heures avant le coup d’envoi du match à Nantes.

On savait l’actionnaire du club très interventionniste dans la gestion interne du club, mais là le doute n’est plus permis …

Nicolas de Tavernost a-t-il trouvé tout seul le nom de Poyet ? Alain Roche a vendu la mèche sur Canal + : « Les dirigeants de Bordeaux ont été conseillés par un agent ». Les agents savent donc qu’il vaut mieux s’adresser au Bon Dieu qu’à ses Saints pour prendre des décisions.

A moins que ce ne soit un ancien Président qui tire les ficelles en coulisse ? Il faut admettre que du vestiaire à Nantes au Virage Sud, Jean-Louis Triaud est un retraité très actif !