Un an après leur rachat par Joe DaGrosa et GACP les Girondins sont à nouveau dans les turbulences, sur fond de crise financière et d’éviction probable de GACP. Et une question majeure se pose….

Comment Nicolas de Tavernost a-t-il pu laisser le club à Joe DaGrosa, un besogneux de la finance sans le sous, sorti de nulle part ? Parce qu’on a beau retourner l’histoire dans tous les sens, Joe DaGrosa est tout sauf un millionnaire. C’est un gestionnaire anonyme de portefeuilles chez un courtier New Yorkais qui va fonder son propre fond d’investissement 1848 Capital Partners en 2003. Son principal fait d’armes c’est l’achat, la restructuration et la revente d’une franchise Burger King en 2006. Il y a 13 ans …

Joe DaGrosa, le millionnaire sans argent

Joe DaGrosa n’a pas de fortune personnelle : il joue avec le pognon des autres. Son fond GACP, créé en 2016 à Miami représente une surface financière d’environ 10 millions de dollars. Ce n’est rien dans le monde du football, ce n’est rien au niveau financier. C’est l’équivalent d’une PME de province ou d’une « petite » propriété viticole du bordelais.

Mais c’est pourtant avec Joe DaGrosa que Tavernost décide d’entamer des « négociations exclusives » pour la vente des Girondins en mai 2018.

Franck McCourt, c’est une surface financière de 1,2 milliards de dollars (1.200 millions), Gérard Lopez, c’est 4 milliards de dollars (4.000 millions). Des gens à qui Tavernost a dit « NON » pour dire « OUI » à Da Grosa.

Pourquoi Tavernost a-t-il choisi Da Grosa ?

L’explication est simple. M6 voulait récupérer sa mise et les millions engloutis par 8 saisons consécutives avec un déficit oscillant entre 8 et 20 ME par an. Pas question de brader le club, il fallait absolument trouver un repreneur qui accepte de lâcher 90 ou 100 M€. Ce que les investisseurs avisés ont tous refusé. « Pourquoi devrions-nous payer les Girondins plus chers que l’OM ou le LOSC ? » Rappelons aussi que QSI a racheté le PSG pour 100 ME en 2011 …

Mais UN homme à dit « OK » à Tavernost. Joe DaGrosa. Et Tavernost ne l’a plus lâché. Tavernost a anesthésié les supporters et l’environnement bordelais avec la langue de bois usuelle « nous ne céderons le club qu’à un repreneur qui garantira son standing » … ce qui ne veut rien dire au fond, mais qui laissait croire qu’il n’y avait pas que le prix de vente qui l’intéressait. En fait, il fallait comprendre « nous ne céderons le club qu’à un repreneur qui acceptera de payer le prix fort« . Ce n’est plus pareil …

Et, finalement, Joe DaGrosa a réussi à rassembler la somme exigée par Tavernost. Avec un dossier marketing digne d’un étudiant en BTS, en raclant ses fonds de tiroirs, en empruntant, en allant chercher les fonds d’investissement King Street et Fortress. Un montage de bric et de broc ahurissant pour de nombreux observateurs, mais de délais en reports, DaGrosa réussi enfin à verser les 101 millions d’Euros réclamés par M6.
Qui s’est pressé de les accepter.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est triumvirat.jpg.

M6 a récupéré sa mise, l’action M6 bondit en bourse, Tavernost sable le champagne.
Joe Da Grosa a les clés du Haillan et une dette colossale au taux incroyable de 12.5% à rembourser …

La suite on la connait : des embauches à tours de bras de « top managers » et explosion de la masse salariale. Les résulats sportifs sont satisfaisants, mais l’argent ne rentre pas et continue de s’envoler plus vite que prévu. Le trading de joueurs, la manne des droits TV, c’est pour 2020 au mieux …

Et maintenant ?

GACP et Joe DaGrosa sont exsangues. Ils ont claqué tout le fric dans la masse salariale en pensant qu’il suffisait de proposer des sandwichs au foie gras sur la coursive et un club « VIP » aux abonnés pour remplir les caisses, sur fond de chiffres de fréquentation du stade douteux. Les mauvaises langues affirment aussi que GACP a été élu « client de l’année » à l’hôtel Intercontinental de la place de la Comédie. Aujourd’hui, GACP a du solliciter King Street pour payer les salaires du club et des joueurs. Et visiblement l’addition est bien plus lourde que ça n’avait été prévu.

Le déficit prévisionnel de la première année d’exploitation avait été cadré entre 15 et 20 M€ (fourchette basse/haute). Il serait en fait proche de 40 M€ !

GACP va donc probablement disparaître des radars, Joe Le Petit Banquier va se retirer à Miami et les grandes manœuvres vont reprendre pour tenter de sauver ce qui peut l’être.

Da Grosa, Varela, Longuepee

Ils savaient …

Tavernost et M6 ne pouvaient pas ignorer que GACP était une coquille vide. Tavernost et M6 ne pouvaient pas ignorer que Varela « le conseiller sportif » de GACP était un aventurier. Tavernost et M6 ne pouvaient pas ignorer que le montage juridique ultra-complexe proposé était tout sauf solide. Tavernost et M6 ne pouvaient ignorer qu’un business plan basé sur des emprunts à des taux aussi élevés rendaient le projet particulièrement périlleux. La DNCG ne pouvait ignorer tout ceci, Juppé « le meilleur d’entre-nous » ne pouvait ignorer tout ceci !!!

Mais tout le monde a dit « OK ». Il fallait que M6, co-diffuseur de l’équipe de France, diffuseur exclusif de l’équipe de France féminine récupère sa mise …
Peu importe d’où venait l’argent ou que le projet explose en vol 12 mois plus tard. Le seul objectif était d’obtenir 100 Millions pour M6.

Tavernost a récemment relaté qu’il aurait « été défavorable, à titre personnel » à la vente à GACP, qu’il aurait mis la barre du prix haute pour dissuader DaGrosa mais que ce dernier ayant accepté, il n’aurait pas pu reculer. Un peu simpliste. Qui peut croire à cet argument qui lui donne le beau rôle et le défausse ? Da Grosa était sans le sous dès le premier jour. Toute solution portée par GACP ne pouvait être qu’un château de cartes qui s’effondrerait tôt ou tard. Tavernost et le board de M6 ne sont ni des guignols ni des amateurs. Ils savaient.

Mais c’est bien eux qui ont installé DaGrosa et GACP aux Girondins. Avec la bénédiction de Juppé et de la DNCG.