Cet article a plus de 5 années. Il ne concerne pas la saison actuelle. Pensez à le replacer dans son contexte !!!

C’est donc officiel : les Girondins persistent dans les erreurs et les errements des précédentes années en offrant des années de contrat supplémentaires à des joueurs à la valeur sportive discutable (pour rester politiquement correct). Nicolas Maurice-Belay a donc signé une prolongation de contrat avec les Girondins qui l’emmène jusqu’à juin 2017. Au passage, ce contrat l’amène aussi jusqu’à ses 32 ans, une similitude troublante avec celui offert en 2010 à David Bellion, qui passé ses 3 dernières années à attendre sa retraite sportive sur le banc (ou les tribunes) des Girondins. La similitude de la situation nous pousse vers ce titre un peu grinçant…

Nicolas Maurice Belay

Offrir 3 années de contrat supplémentaires à un milieu offensif de 29 ans aux statistiques franchement mauvaises (305 matchs – 12 buts), et avec une influence sur le jeu très relative pour ne pas dire carrément faible, est en effet surprenant et sans fondement ni économique ni sportif. Difficile de saisir la finalité d’une telle manoeuvre

La seule explication tangible à cette signature, c’est que si les Girondins le laissaient partir à l’issue de son contrat actuel, il aurait fallu recruter un nouveau milieu gauche… mais là ça leur donnait du boulot : il faudrait aller superviser des matchs en L2, voire peut-être même à l’étranger ! Et il aurait probablement fallu mettre la main au portefeuille pour régler un transfert.

Alors, mieux que le site web de l’UNFP qui donne la liste des joueurs libres, la prolongation de Nicolas MAURICE-BELAY apparait donc comme la solution TOP facilité et la plus économique possible pour les Girondins. On ne se refait pas !!!