Cet article a plus de 3 ans. Il ne concerne pas la saison actuelle. Pensez à le replacer dans son contexte !!!

Une source généralement bien informée évoque cet après-midi l’éventualité selon laquelle Charles Camporro pourrait retrouver des fonctions officielles aux Girondins, dans le contexte du « changement » voulu par Nicolas de Tavernost.

Charles Camporro, 67 ans, a notamment été directeur sportif aux Girondins jusqu’en février 2006. Il est depuis installé au Brésil où il a monté une (petite) structure de supervision de joueurs.

Qui est Charles Camporro ?

Charles Camporro apparaît dans l’organigramme des Girondins dès 1989. Il occupera des fonctions diverses, du centre de Formation au marketing en passant par le centre de vacances Cap Girondins pour finir donc Directeur Sportif.

Homme de l’ombre ayant toujours fuit les objectifs et les projecteurs, il a été le principal artisan, avec son ami Rolland Courbis, des bons recrutements des années 90 ayant conduits au titre de 1999 et de quelques coups d’éclats retentissants.

Charles Camporro, c’est avant tout la cheville ouvrière de la « filière Brésilienne » des Girondins des années 90 et 2000. De Marcio Santos (1993), Valdeir (1994), Paulo Gralak (1996), Ricardinho (1997), Eduardo Costa, Paulo Miranda et Christian (2001), Savio (2002), Deivid (2003), Thiago Ribeiro (2004), Carlos Henrique, Fernando et Denilson (2005) jusqu’à Wendel et Jussiê (2006) … c’est lui qui est la baguette. Sans oublier Ricardo, sur le banc des entraîneurs entre 2005 et 2007

Mais son plus beau coup, c’est sans doute le recrutement du portugais Miguel Pedro Pauleta le 31 aout 2000, à 10 mn de la fin du mercato. Pauleta écrira une des plus belles histoires du club, marquant 91 buts en 3 saisons.

Mais sa proximité avec le sulfureux Rolland Courbis l’emmène dans les arcanes obscures du monde des transferts. Courbis est à Marseille en 1998 et tire les ficelles de tous les transferts qui donneront lieu au premier procès des « Transferts de l’OM ». Cas le plus emblématique, le transfert d’Arthur Moses de Dusseldorf à Marseille. En mai 1998, l ‘ OM faisait une offre de transfert définitif de 9,9 MF. Mais quelques jours plus tard, le club allemand reçoit des Girondins de Bordeaux une offre d ‘achat d’environ 12 MF, envoyée par son directeur sportif , Charles Camporro. Marseille s’aligne et Moses est finalement transféré sur la Canebière. Camporro avoue avoir été le « porte-plume » de Courbis, afin de majorer la valeur du joueur. Il est condamné en juin 2006 lors du procès des comptes de l’OM à six mois d’emprisonnement avec sursis et 10 000 euros d’amende.

Si ce fait-divers retentissant est sans doute le plus médiatique, beaucoup d’interrogations et de flou entourent les transferts brésiliens bordelais de la période 1996-2004 avec beaucoup de millions dépensés pour des résultats très très très discutables.

Camporro a démissionné des Girondins dès le début de l’année 2006.

A partir de là, c’est Ricardo qui _de facto_ dirige le recrutement des Girondins. Après son départ, ce sera Laurent Blanc, malgré l’existence de la fantomatique « cellule de recrutement » bordelaise.

Après le départ de Blanc, les Girondins se tournent à nouveau ponctuellement vers Camporro toujours établi au Brésil. Il est impliqué dans le transfert de Mariano en décembre 2011. Plus près de nous, il admet avoir eu un rôle dans le recrutement de Pablo et de Malcom. Camporro admet être « consultant » mais réfute être impliqué dans la négociation des transferts.

De son coté, Jean-Louis Triaud, jamais avare d’un bon mot justifie « Il s’occupe des réservations de billets, de l’hôtel, etc. Il nous file un coup de main, quoi. »

Le 31 janvier dernier, Charles Camporro s’affichait auMatmut Atlantique, aux cotés de Rolland Courbis avant le coup d’envoi de Bordeaux-Rennes … Oui, Charles Camporro semble n’avoir jamais été aussi proche des Girondins qu’en ce moment. Reste que quand on est en manque de créativité, on en est rendus à rejouer les vieux tubes des années 90 …