Cet article a plus de 8 ans. Il ne concerne pas la saison actuelle. Pensez à le replacer dans son contexte !!!

Le Blog Bordelais vous livre son analyse du désastre bordelais vécu depuis le début de la saison, en essayant de pointer du doigt les responsabilités des différents protagonistes, et le poids de cette responsabilité.

1er volet : Jean-Louis TRIAUD

JLT est président du club depuis 1996. Il a vécu les expériences de l’épopée européenne de 1996, les titres 1999 et 2009. Et chaque fois, on retrouve les mêmes erreurs, l’incapacité à transformer l’essai d’une saison réussie, l’incapacité à passer le cap entre une équipe faisant des « coups » et une équipe qui s’ancre dans le Top5. L’analgie entre 1999 et 2009 est frappante. Chaque fois, Bordeaux privilégie une politique de prolongation de contrats de l’effectif plutôt que de le renforcer. Et les deux fois, à plus ou moins long terme, on assiste à une « fin de cycle » avec une saison amenant le club aux portes de la relégation.

Depuis 2008, JLT a multiplié les décisions désastreuses. Gestion du contrat Chamakh, prolongations de contrat ahurissantes (4 ou 5 ans) pour Henrique, Fernando, Chalmé, Bellion, Jussie, Planus, la gestion du transfert de Gourcuff à 5 jours de la fin du mercato, la gestion du départ de Blanc.

Jean-Louis TRIAUD

JLT est à la tête d’un club qui ambitionne d’être dans le Top 5 mais Bordeaux ne dispose plus depuis 2006 d’un directeur sportif à la légitimité incontestable pour gérer la politique sportive du club à moyen-long terme, comme en disposent la plupart des clubs. Au lieu de celà, Bordeaux a une pseudo « cellule de recrutement » aux responsabilités diluées et opaques.

Enfin, la gestion de la saison 2010-2011 apparait catastrophique en tous points : choix du coach, recrutement niveau L2, maintien du coach envers et contre-tout malgré deux propositions de démission, éclatement des clans au sein du club et évidemment résultats sportifs catastrophiques.

N’en jetez plus, la barque est pleine …