Cet article a plus de 8 ans. Il ne concerne pas la saison actuelle. Pensez à le replacer dans son contexte !!!

Sud-Ouest a mis les pied dans le plat et officialise de fait ce que nous annoncions dès janvier : Pavon ne joue pas la même partition que Tigana. Tout ceci ne fait que mettre au grand jour les carences de la gouvernance bordelaise depuis 18 mois, et toutes les erreurs stratégiques de Jean-Louis TRIAUD.

1 – Eté 2008 : Triaud refuse d’accéder à la demande de prolongation/revalorisation de Chamakh « on verra l’an prochain« . Manque de bol, en juin 2009 le joueur refuse de prolonger. Chamakh part donc sans la moindre indemnité en juin 2010.

2 – Eté 2009 : Bordeaux est champion, comme en 1999. Mais les mêmes erreurs sont commises qu’il y a 10 ans sur la gestion sportive de l’effectif.

3 – Saison 2009-2010 : 6 joueurs (Henrique, Fernando, Chalmé, Bellion, Jussie, Planus) sont prolongés jusqu’en 2014-2015. Tous aux portes des 30 ans, le club leur garantit une fin de carrière confortable. Les cas Jussie, Bellion, Henrique (qui ne jouent pas) et dans une moindre mesure Chalmé sont les plus incompréhensibles.

4 – Saison 2009-2010 : Triaud est le seul a croire que Blanc n’a pas l’équipe de France en point de mire. Toute la France le sait, mais lui fait semblant d’y croire jusqu’au dernier instant.

5 – Saison 2009-2010 : Triaud affirme que Bordeaux a vocation à jouer la C1 tous les ans. Mais Bordeaux est le seul club avec cette ambition à ne pas posséder de Directeur sportif en charge du secteur sportif. Ce rôle est sous-traité à l’entraineur en place. Problème : l’entraineur a généralement une durée de vie de 2 ans alors que les contrats de joueurs portent généralement sur 4 ans.

Michel Pavon et Jean Louis Triaud

6 – Saison 2009-2010 : Chamakh part en fin de saison. Son contrat est signé à Noel avec Arsenal. Mais Bordeaux n’anticipe aucun recrutement d’attaquant lors du mercato d’hiver.

7 – Mercato d’été 2010 : Blanc s’en va avec Gasset, il faut trouver un remplaçant. M6 veut un « nom », Triaud veut imposer Pavon. Tigana (sans palmares depuis 10 ans, rétiré du foot depuis 3 ans, réputé pour ses relations difficiles avec ses joueurs) est choisi. Il ne peut avoir aucune exigence sur l’équipe, le recrutement et aura Pavon comme adjoint.

8 – Mercato d’été 2010 : Le remplaçant de Chamakh sera Modeste, illustre inconnu de D2. Le vétéran Ramé est prolongé (pour jouer en CFA2) et Marange (que Nancy et le Havre n’ont pas voulu conserver) est rappelé pour compenser le départ de Jurietti. Un recrutement qui fleure bon la C1, d’évidence

9 – Mercato d’été 2010 : Gourcuff va rester. Gourcuff est bien à Bordeaux. Mais Gourcuff est payé 380.000 euros par mois, le club ne peut pas payer ce salaire sans ligue des Champions. Alors Tavernost s’exprime dans Sud-Ouest en disant « il n’y a plus de clause libératoire » et Gourcuff découvre soudain que son avenir est à Lyon. A 5 jours de la fin du mercato.

10 – Mercato d’été 2010 : En 5 jours, il faut trouver un remplaçant à Gourcuff. Comme à Bordeaux il n’y a pas de directeur sportif en charge du domaine sportif, le vestiaire est sollicité pour proposer des noms. Le choix se porte sur Ben Khalfallah que le président de Valenciennes fait payer au prix fort.

11 – Mercato d’été 2010 : Bordeaux prend en prêt un nouvel attaquant. Maazou. Un Nigérian de Moscou qui était prêté à Monaco, club n’ayant pas souhaité le conserver. Principal palmarès : avoir marqué un but à Carrasso la saison précédente. Il part à Noel avec pertes et fracas après avoir insulté club, staff et supporters.

12 – Hiver 2010 : Après un début de saison cahotique, la première crise apparait avec l’élimination en Coupe face à Angers et un match pathétique. Mais il fut décidé d’attendre que les choses s’arrangent d’elles-mêmes alors que l’opportunité de remettre le club dans le sens de la marche se présentait.