Depuis le titre de 2009, les Girondins de Bordeaux vivent une véritable descente aux enfers financière avec près de 90 ME de pertes cumulées depuis 8 ans.

Depuis 2009, pas un seul exercice n’a été à l’équilibre, sans même parler de bénéfices. En fait, depuis la saison 2010-2011, c’est pas moins de 89.2 millions d’euros de déficit que les Girondins ont enregistrés. Aucun autre club n’aurait survécu à tant de déficits cumulés. Mais M6 a réglé les ardoises des Girondins rubis sur l’ongle pendant 8 ans.

comptes DNCG 2011-2012     page 6   – 14.2ME
comptes DNCG 2012-2013     page 6   – 7.7 ME
comptes DNCG 2013-2014     page 6   – 7.6 ME
comptes DNCG 2014-2015     page 4    – 13.4 ME
comptes DNCG 2015-2016     page 84  – 5.5 ME
comptes DNCG 2016-2017     page 6    – 14.5 ME
Estimation déficit 2017-2018                – 20 ME

Merci M6, Merci Mr de Tavernost d’avoir évité le dépôt de bilan en renflouant le club saison après saison…

vente des girondins

Cette situation rompt avec les années 2005-2010 pendant lesquelles les Girondins ont gagné de l’argent. Et une descente aux enfers sur autant de saisons consécutives n’est pas conjoncturelle. Elle relève d’erreurs de gestion manifestes et de la multiplication des mauvais choix durant toute cette périodes de la part des dirigeants en place.

Comment a-t-on pu passer d’une situation positive (2005-2010) à une situation qui frôle la catastrophe industrielle (2011-2018) ?

– D’abord à travers l’effondrement des résultats sportifs. Sur la période 2005-2010, il y a 3 participations à la ligue des Champions dont un quart de finale, et d’honnêtes participations en coupe UEFA. Depuis, au mieux, c’est les barrages de la League Europa et au revoir …

– A cause d’une politique salariale trop généreuse et de reconduction de contrats de longue durée poussant de nombreux joueurs à aller au bout de leur contrat à Bordeaux.

– A cause d’une politique de recrutement hasardeuse, sans cohérence ni de vision à moyen terme

– A cause d’une incapacité chronique à valoriser les joueurs quittant le club

– A cause d’un centre de formation incapable de sortir la moindre pépite sur la période 2011-2018

– A cause d’erreurs de casting à répétition dans le recrutement des entraineurs

– Peut-être aussi à cause d’une direction trop diffuse et donc trop peu présente, ne jouant pas avec SON argent, contrairement à un Aulas, un Rybolovlev, un McCourt, un Kita, un Pinault … qui jouent avec LEUR argent, pas celui d’actionnaires invisibles…

Les résultats sportifs ont masqué la descente aux enfers du club

Avec un classement oscillant immuablement entre la 5eme et la 7eme place selon les saisons (à l’exception de la 11eme place en 2015-2016) les résultats sportifs ont masqué la dégradation de la situation financière des Girondins, qui sont devenus une véritable machine à brûler du cash…. peut-être qu’un jour quelqu’un se posera sérieusement la question de savoir à qui à profité ce gouffre financier. Les joueurs, assurément. Des agents probablement. Les salariés du club, peut-être. D’autres personnes, éventuellement …

Pourtant, toutes ces années, Nicolas de Tavernost a soutenu Jean-Louis Triaud bec et ongles, contre vents et marées. Le fait est qu’aujourd’hui, la situation est devenue intenable et le remplacement en catastrophe de Jean-Louis Triaud par un financier n’a rien changé à la donne car le mal est plus profond et au final, tous les cadres mis en place par Jean-Louis Triaud depuis 19 ans à tous les niveaux du club sont toujours en place.

Il est étonnant effectivement de constater que les Girondins comptent 225 salariés pour faire tourner la boutique, là où il n’y en a que 115 à l’OL, 165 à l’OM ou 55 à Saint-Etienne (source : Sportune). La vente probable du club risque de faire très mal au sein de l’ensemble des salariés du club, un fonds d’investissement US ne venant jamais pour éponger des déficits …. le réveil risque donc d’être difficile.

Nicolas de Tavernost

Vendre, coûte que coûte

Aujourd’hui, Nicolas de Tavernost est acculé. Les actionnaires de M6 le somment de vendre ce qui est devenu un boulet pour la chaîne et surtout pour leurs dividendes, amputés des millions qu’il faut injecter tous les ans dans les Girondins. Après les tentatives de vente sans lendemain à McCourt ou Lopez, M6 semble tenir le bon client avec le fonds US GAPC de Joseph DaGrosa et ne le lâche plus.
Après des annonces de « date limite » repoussées d’avril à mai, de mai à juin, de juin à juillet … au risque de mettre en péril le recrutement et retarder la préparation de la saison 2018-2019, en laissant le club livré à lui-même au point que même le très taciturne Thierry Vautrat lâche ses coups dans Sud-Ouest … Nicolas de Tavernost ne lâche pas l’affaire et fait tout pour que la vente se fasse cette année, ce qui serait une excellente nouvelle pour le Groupe M6, améliorant sa rentabilité et sa visibilité et lui permettant de se recentrer sur ses activités strictement médias tout en levant des liquidités pour financer d’autres développements…