Cet article a plus de 2 années. Il ne concerne pas la saison actuelle. Pensez à le replacer dans son contexte !!!

Stéphane Martin est en place depuis le mois de mars 2017 et l’on constate déjà la nouvelle « patte » présidentielle. Sans bruit ni remous, le nouveau président modernise le fonctionnement des Girondins, à tous les niveaux de l’organisation du club.

La première chose qui frappe, c’est le mercato 2017-2018. Alors que depuis de nombreuses années, le mercato bordelais semblait plus erratique que cohérent, cette saison on perçoit des changements notables :
– la fin des prolongations de complaisance
– des recrutements ciblés dès le début du mercato
– des tendances clairement affichées
– etc …

Certes, ce n’est sans doute pas la seule personnalité de Stéphane Martin qui amène cette politique, mais d’évidence, le trio Gourvennec / Ramé / Martin fonctionne bien (sans oublier le rôle en filigrane de Charles Camporro) et ce mercato ressemble enfin à un mercato. On relève également une nouvelle fermeté dans le prix de vente des joueurs. Pas sûr que Menez soit parti pour 3 ME, Ounas pour 12 ME et Crivelli pour 4 ME avec Jean-Louis Triaud. Le récent refus de transférer Pallois à Nantes pour seulement 1.5 ME va dans ce sens également…

Stephane MARTIN

Autre point qui a radicalement changé, c’est la communication. Tant sur le fond que sur la forme.
Sur la forme, fini le persiflage arrogant et le tutoiement de Jean-Louis Triaud, toujours très content de ses jeux de mots ou de ses vannes. On est dorénavant sur une communication posée, efficace et surtout pertinente avec un président qui semble connaitre ses dossiers sur le bout des doigts.
Sur le fond, fini le secret maladif qui était de rigueur ces dernières années. Le club communique désormais sur les pistes des joueurs espérés, sur les pistes abandonnées, etc …. dernier exemple en date, l’échec du recrutement de Wellington Silva a été officialisé très rapidement via Twitter par le club, après avoir annoncé 48h plus tôt l’accord de principe. Enfin, Stéphane Martin multiplie les interviews et les explications sur la politique du club, ce qui rompt fortement avec les habitudes de Jean-Louis Triaud qui, à sa décharge, n’était pas un président « à plein temps »…

Stéphane Martin, c’est également la reprise en main des réseaux sociaux, snobés par son prédécesseur. Site Web remanié de fond en comble, nouveau community manager, news poussées en exclusivité sur le compte twitter du club (@Girondins) … en communiquant ainsi officiellement, le club reprend la maîtrise de sa communication et « assèche » les pourvoyeurs de scoops, les renvoyant à un simple statut de commentateur de l’actu des Girondins.

Enfin, Stéphane Martin semble devoir reprendre la main sur le marketing, avec l’arrivée (enfin) d’un sponsor maillot et la mission de remplir (plus souvent) le stade Matmut Atlantique. Sur ce dernier point, il est difficile d’avoir des certitudes sur les résultats du président Martin.

Mais au delà de tous ces changements, de toutes ces inflexion, le chantier est immense et l’argent reste le nerf de la guerre quand on voit notamment Lille ou Marseille accueillir de nouveaux actionnaires et dépenser par dizaines de millions. Quelle que soit la méthode Martin, l’état de grâce ne sera pas éternel il sera obligatoirement jugé sur les résultats sportifs du club. Et là, c’est une autre histoire …