Cet article a plus de 3 années. Il ne concerne pas la saison actuelle. Pensez à le replacer dans son contexte !!!

Lors d’une interview donnée à Sud-Ouest le 11 mai 2016 (article payant) Nicolas de Tavernost a tenu des propos inédits sur le fonctionnement du club et évoqué de façon énigmatique des « changements à venir ».

Voici in-extenso le passage concernant le fonctionnement interne du club

S-O : « Votre réflexion sur l’organisation du club implique-t-elle une présence au quotidien de M6 à Bordeaux ? »

NdT : « On va en discuter avec Jean-Louis Triaud, qui a toute notre confiance et dont l’implication désintéressée est absolument remarquable. Des choses doivent évoluer, et on y réfléchit actuellement. Nous n’avons pas les moyens, à M6, de ne pas nous occuper des Girondins. »

S-O : « Cela passe-t-il par l’installation d’un directeur sportif ? »

NdT : « Je ne vais pas rentrer dans les détails de l’organisation, notre réflexion est encore en cours. Même s’il y a des causes externes, nous ne souhaitons pas revivre la situation que nous avons vécue cette saison. Contrairement à ce qu’on laisse entendre ici ou là, nous sommes extrêmement attachés à ce club, moi en particulier. Le plus important pour nous est de retrouver du public. Avec une équipe qui a envie de gagner, des jeunes qui plaisent, et de l’engagement. »

tavernost7

Essayons de lire entre les lignes…

« Jean-Louis Triaud a toute notre confiance ». On sait que cette phrase n’a aucune valeur, combien de fois a-t-elle été employée juste avant de limoger un entraîneur, un dirigeant ou un ministre ?

Plus précis, Tavernost souligne « l’implication désintéressée est absolument remarquable [de Jean-Louis Triaud] ». Il loue l’engagement important de Triaud et le fait qu’il ne soit pas rémunéré. Il ne loue pas ses résultats, sa gestion ou sa compétence mais son implication. Ce n’est pas pareil. Il précise bien que l’implication est « désintéressée » pour souligner que Triaud est président bénévole. Ca fait passer deux messages : Triaud n’a pas besoin des Girondins pour vivre mais ça ramène aussi au bénévolat, à l’amateurisme. Par opposition au professionnalisme.

« Des choses doivent évoluer ». Lesquelles ? Pas le menu concocté par le cuistot du Haillan ni même l’entraîneur qui reste plus un opérationnel qu’un décideur.

« Nous n’avons pas les moyens, à M6, de ne pas nous occuper des Girondins ». Le message s’éclaircit, c’est de pognon dont on parle : On a laissé carte blanche à Triaud, il est incapable de redresser les finances, le club nous coute entre 7 et 14 ME de déficit à combler annuellement depuis le titre, ça suffit. Il est donc probable que les actionnaires de M6 aient mis les pieds dans le plat en demandant une reprise en main du club. Fini les millions engloutis pour rien.

Quand le journaliste évoque la nomination d’un directeur sportif, Tavernost botte en touche mais précise « Même s’il y a des causes externes, nous ne souhaitons pas revivre la situation que nous avons vécue ». En clair, même si il y a des causes externes, c’est aux problèmes internes que l’on va s’attaquer. C’est bien la gestion interne du club qui est critiquée.

Triaud, dépassé

Pour conclure : « Le plus important pour nous est de retrouver du public. Avec une équipe qui a envie de gagner, des jeunes qui plaisent, et de l’engagement ». La référence à la désaffection du public est intéressante car elle représente tout ce que le club cumule comme erreurs depuis 2010. Les erreurs de castings en terme de recrutement de joueurs, d’entraîneurs, tous les joueurs partis libres qui plombent les finances du club, les prolongations incompréhensibles de certains joueurs, la politique des copains et des clans, les fractures aux sein du club (éviction du Dr Dubeau, le départ de Bonnissel, …) toutes ces choses qui relèvent du pouvoir décisionnaire du Président.

Pour nous, M6 prépare une reprise en main du club, dictée par les exigences des actionnaires de M6 qui ne veulent plus voir leurs dividendes amputés par les déficits chroniques des Girondins.

… et comme ce n’est pas la nomination d’un entraîneur ou d’un directeur sportif qui permettra de d’infléchir toute la politique du club, il est bien possible que ce soit celui qui valide toutes les décisions qui soit sur la sellette : le président Triaud.

Ce message de Nicolas de Tavernost permet d’accréditer cette thèse. Jean-Louis Triaud lui-même a plusieurs fois fait état de sa lassitude. A 66 ans, même si il ne faut pas lui ôter le crédit de ses réussites passées, les 6 dernières saisons démontrent qu’il n’est plus l’homme de la situation.

Reste à savoir quel surprise nous réserve M6 et si la montagne accouchera d’un éléphant ou d’une souris.