Cet article a plus de 8 années. Il ne concerne pas la saison actuelle. Pensez à le replacer dans son contexte !!!

Présenté au milieu du mois de juillet, le projet de Jacques Herzog et De Meuron a donc été retenu par la mairie pour la réalisation du Grand Stade de Bordeaux. Comme c’est maintenant la mode, une vidéo mêlant 3D et film présentait cette nouvelle enceinte sportive. Largement diffusée sur Internet, cette vidéo est le premier outil de séduction déployé par les les architectes sur leur vision de l’évènement footballistique tel que Bordeaux l’attend…

La vidéo officielle du projet retenu

0’03 : L’enfant et la nature, les deux mamelles du développement durable

 

L'enfant et la nature
La vidéo de présentation met tout de suite les pieds dans le plat, cela même avant de les mettre sur un terrain. Ce n’est donc pas un ballon ou un joueur qui sont présentés mais un enfant, se baladant pensif dans un champ. L’image est lumineuse, symbole de lendemains radieux et c’est une manière pour l’architecte de présenter l’une des bases de son projet : le stade se veut respectueux des préceptes du développement durable . La construction de ce monstre de béton qui charrie des centaines d’automobilistes tous les quinze jours est ainsi occulté pour présenter un profil intégré à son environnement.

0’17 : Le TCSP, troisième mamelle du développement durable 

le TCSP

Derrière le barbarisme TCSP se cache le Transport Commun en Site Propre. Que ce soit un bus ou un tramway, il est impensable aujourd’hui d’élaborer un projet urbain sans sa présence car il compose souvent la colonne vertébrale de la constitution d’un nouveau quartier ou de sa rénovation. Symbole fort du renouveau de la Communauté Urbaine de Bordeaux (qui a tout de même transformé la ville durant 5 ans en véritable Beyrouth), le Tramway sillonne les quais de la Garonne, en direction du nouveau stade, ancré du côté de Bordeaux Lac. Il est d’ailleurs paradoxal de voir que les têtes pensantes de l’urbanisme vous enseignent de construire la ville sur elle-même et paradoxalement, ces grandes infrastructures vont trouver refuge en bordure de ville, favorisant ainsi l’étalement urbain… cela même alors que des stades existent déjà au sein même du tissu urbain.

0’19 : La femme, le nouveau meilleur ami du foot

La femme

Quelques secondes plus tard, la femme apparaît, avec notre tramway en fond, tous les deux se rendant vers un seul et même endroit : le stade. Elle est belle, résolument active et moderne, et bien décidée à goûter à ce nouveau temple du divertissement. Elle est d’ailleurs le personnage principal de ce film de présentation, signe d’une avancée des mœurs, le spectateur peinturluré muni de son écharpe et qui braille « Enculé ! » n’a toujours pas été aperçu…

0’33 : L’apparition du mec à lunette qui roule en décapotable

Le mec à la décapotable

Il est jeune, il est beau, il a l’air heureux et a certainement réussi sa vie puisqu’il roule en Mini cabriolet et groove sa race mais on ne voit toujours pas en quoi ça concerne le football… la caution bobo-réussite-sociale pour attirer des spectateurs CSP++ peut être ?
 

 

0’35 : Première véritable vue d’ensemble du stade

Le stade vue d'ensemble

C’est la première vue éloignée que l’on a du stade dans cette vidéo : il est un récapitulatif des éléments présentés précédemment : un stade blanc, immaculé, pur, qui s’inscrit dans un écrin de verdure où coule une rivière. Il ne manque que le cui-cui des oiseaux…
 

 

0’39 : 1er plan séquence d’un supporter bordelais

Le supporter

Furtivement et pendant une demi-seconde, on perçoit un supporter bordelais vêtu d’une écharpe, dialoguant avec une petit fille. Nous sommes à la 39e seconde, soit à un tiers de la vidéo. Cette apparition tardive est symptomatique de la manière dont l’architecte pense l’appropriation de l’édifice par le public. Il appartient à l’ensemble des Bordelais et non exclusivement aux supporters. S’enchaîneront par la suite des plans de supporters en famille et dans le tramway.

1’07 : Le stade un jour de match : Entre immaculisme et aseptisation

jour de match

A la moitié de la vidéo on découvre enfin quelques plans du nouveau stade dans le contexte d’un match à domicile. Il me semble que la mise en scène est ratée et ne reflète pas l’ambiance d’avant match aux abords du stade. Où sont les baraques à frites ? La densité de population présente à l’image n’est pas assez importante pour refléter la ferveur et la passion qui entourent les prémices usuelles d’un match. Révélateur de la perception qu’ont les architectes de ce que doit être un événement sportif ou nécessité visuelle de ne pas « noyer » le projet architectural dans la foule ?

À 1’20, l’intérieur de l’enceinte apparaît, mais là aussi, Herzog et De Meuron me semblent commettre une erreur puisque l’enceinte est vidée de spectateurs (cela même alors que le travelling présente quelques spectateurs se baladant sous les arcanes…). Faut-il voir là aussi une première manière de présenter le projet architectural ou une conception urbaine où le supporter n’a plus sa place ?

1’27 : le stade et ses satellites dédiés à la consommation

Satellites dédiés à la consommation

Fut un temps où la centralité du stade était son terrain, lieu de jeu qui catalysait l’ensemble des regards. Le projet urbain moderne, par la nécessité écologique et l’évolution de la manière de vivre l’événement sportif recentre l’intérêt porté à cette nouvelle structure autour de l’enceinte : le match ne se suffit plus à lui même, « aller au stade » renvoie à une atomisation du divertissement. Le match est bien sûr le point d’orgue du loisir mais dans sa périphérie temporaire, on fait un tour à la boutique officielle du club, on consomme de la junk-food et, pourquoi pas, on termine au cinéma ou au bowling si les abords du stade en accueillent un.

La vidéo en est le parfait reflet, nous avons dépassé depuis peu la seconde moitié de la présentation du projet et la pratique sportive ne nous est toujours pas symbolisée…

1’30 : l’apparition des supporters comme par magie

Apparition des supporters

A travers le regard de l’enfant, les supporters apparaissent dans les nouvelles travées, là aussi pour conceptualiser le projet en devenir. On entend chanter les supporters au lointain. Quelques plans séquences proposent des images de Chaban-Delmas, sans pour autant y faire référence, cela même alors que le bâtiment fait pourtant parti du patrimoine historique architectural de Bordeaux… Là aussi, symptomatique de la modélisation 3D, obligatoirement moderne et qui ne laisse pas de place au poids du passé.

1’47 : le retour du mec à lunettes

Le retour du mec à lunettes

Sur un dernier hourra de la foule, la vidéo s’attarde de nouveau sur notre mec à lunettes de soleil qui arrive en pleine nuit. Surprise, ce dernier vient en effet assister au concert de rock qui va se produire au sein du nouveau stade, manière lourdingue pour l’architecte de bien insister sur la multifonctionnalité de l’enceinte.
 

 

1’55 : La vue aérienne nocturne : le procédé cache-misère

nocturne

Ultime vue du stade, dans la globalité de son environnement… mais de nuit. Un parti-pris filmique qui renvoie à une utilisation urbaine essentiellement dédiée au divertissement (le soir est en général la temporalité du loisir, à l’inverse de la journée où s’exerce la pratique professionnelle). En choisissant une vue aérienne nocturne, l’architecte concentre d’autant mieux l’intérêt de son interlocuteur sur cet écrin lumineux au sein de la nuit. Inversement, ce choix renvoie à une création architecturale désurbanisée, un stade isolé, qui ne participe pas à son dynamisme et sa continuité, ce qui est lié à sa localisation en dehors de l’agglomération.
Voila ce que l’on peut dire de cette vidéo de présentation du futur grand stade de Bordeaux, tel qu’il est pensé et traduit visuellement par les architectes. D’une certaine manière, leur perception trahit une vision déshumanisée du projet urbain. La structure est mise en avant, mais aucunement dans son utilisation. Cependant, cette critique peut être formulée à toutes les vidéos d’architecture. La modélisation 3D renvoie forcément à un monde virtuel, différent de l’utilisation que feront les habitants d’un équipement public. Pour un stade, son utilisation est différente puisqu’elle ne concerne que le loisir. L’architecte a parfaitement assimilé les messages du moment qu’il fallait faire passer pour ces nouvelles enceintes : respect environnemental, intégration des transports en commun, population de spectateurs BCBG et non de supporters alcoolisés et surtout multifonctionnalité.
Paradoxalement, on ne cesse de nous répéter qu’il faut protéger l’environnement. La plupart des nouvelles enceintes vont se localiser à l’extérieur des villes, sur des zones agricoles ou naturelles, que les textes d’urbanisme souhaitent préserver. Mise à part quelques « erreurs de casting », l’architecte a su habilement jongler avec les travers de ce projet pour nous présenter un stade immaculé dans un écrin de verdure… La vidéo doit nous montrer une utilisation parfaite de la création architecturale sans pour autant nous sensibiliser aux problèmes liés avec sa future implantation (construction de l’infrastructure de tramway jusqu’au stade, problèmes d’engorgement routier au pied du pont d’Aquitaine, absence de lieux de vie à proximité, dégradation des abords du stade par l’afflux massif de population, etc etc…)

Dossier librement adapté de l’analyse publiée par Arthur Michel sur le Moustache Football Club