Cette saison, Gourvennec a eu les pleins pouvoirs pour construire son équipe, son projet… Comme on dit, il a eu « les clés du camion« … Très tôt, on a vu des signes inquiétants, au premier rang desquels l’élimination face à Vidéoton. Mais Gourvennec (et la direction) s’est voilé la face en continuant dans le discours « on va être européens, ne vous inquiétez pas ».

Pour nous, Gourvennec porte l’essentiel de la responsabilité de la situation actuelle, du simple fait qu’il a voulu ces joueurs là, qu’il a eu carte blanche pour façonner l’équipe …

1ere erreur : Costil et le poste de gardien

Costil est une catastrophe. C’est quasiment but sur chaque tire cadré. Avoir poussé Carrasso dehors est une erreur majeure. Lui était capable de sauver un match ou un point. Costil est translucide. D’ailleurs, son remplaçant à Rennes apparaît nettement plus convaincant !
L’autre erreur est d’avoir gardé Prior en numéro 2. C’est de-facto s’interdire de faire jouer la concurrence. Pendant ce temps, on prête Bernardoni à Clermont-foot qui n’a encaissé que 13 buts en 17 matchs. Soit moitié moins que Costil ….
A noter que dans la gestion remarquable de ce dossier, on peut sans doute aussi embarquer Ramé, au regard de l’inimitié notoire régnant entre lui et Carrasso

2nde erreur : Toulalan en défense centrale

Toulalan est bon sur le placement, mais à 34 ans il n’a plus le jus nécessaire pour jaillir ou peser de la tête contre des attaquants de 10 ans ses cadets. Ce placement en défense centrale avait été un échec à Lyon, en sélection… pourquoi ça aurait fonctionné à Bordeaux ? Mais Gourvennec a préféré se séparer de Pallois qui était le véritable patron de la défense les saisons précédentes et prêter Pablo. Une erreur majeure.

3eme erreur : 8 langues dans le vestiaire

Le Francais, le Danois, le Portugais, le Polonais, le Serbe, le Tchèque, l’Allemand, l’Espagnol sont les langues maternelles du vestiaire des Girondins. Parmi les recrues de cet été, 3 d’entre-elles ne connaissaient ni le Français ni notre championnat : Cafù, Lerager et Otavio. Si ce n’est pas se compliquer la vie … à titre de comparaison, l’effectif de Strasbourg est totalement francophone.

4eme erreur : de Préville

Le recrutement de Nicolas de Préville en attaquant de pointe est une erreur pour la plupart des observateurs, qui considèrent qu’il est au mieux quand il évolue dans un système à deux attaquants en 4-4-2. Alors que Gourvennec s’entête à le faire jouer en pointe ou sur un coté en 4-3-3 … avec la réussite que l’on sait.

Jocelyn Gourvennec

5eme erreur : Ounas

Avoir laissé partir Ounas pour recruter Cafu, quel intérêt ? Ounas avait démontré un véritable talent, une capacité à renverser un match, à percuter les défenses, à marquer des buts magnifiques. Pire, Ounas aurai créé une véritable concurrence (ou au moins une alternative) face à Malcom … mais Gourvennec a fait de Malcom sa star.

6eme erreur : pas de latéral gauche

Contento et Poundjé déclarés indésirables par Gourvennec, reste Pellenard seul titulaire du poste. Au point que Gourvennec est obligé de faire jouer Sabaly à gauche si Pellenard est indisponible. Et de colmater à droite avec Gajic. Belle défense …

7eme erreur : Mendy

Principales qualités d’Alexandre Mendy : il n’est pas cher (0,6 ME) et connaissait Gourvennec à Guingamp. Mais parier sur un joueur ayant au mieux le niveau L2 pour animer l’attaque bordelaise était un sacré pari. Et il est raté …

8eme erreur : Refuser de voir les choses

L’élimination face à Vidéoton a révélé la fragilité du groupe bordelais. Mais Gourvennec l’a toujours nié et s’est réfugié derrière le paravent de « l’accident de parcours ». Il ne change jamais de rhétorique « le travail paye toujours », il ne change pas de tactique, il ne s’adapte pas à ses adversaires, il ne démord pas de sa conception du « beau jeu » en 4-3-3. Même quand ses joueurs sont pathétiques, il s’enferme dans une méthode Coué incompréhensible pour les défendre.
C’est aussi cette absence totale d’autocritique qui cristallise les reproches ….