Avec sa gouaille, et malgré une apparente bienveillance, Rolland Courbis charge Jocelyn Gourvennec au sujet des désillusions bordelaises de cette première partie de saison…

Gourvennec et Courbis, ce n’est pas l’amour fou. La faute à une saison quasi-blanche à Marseille pour Gourvennec joueur avec pour coach un Courbis qui lui préféra tout au long de la saison Robert Pirès en tant que meneur de jeu et lui reprochant une « intégration moyenne ». De son coté, Gourvennec précise « Je ne me suis pas du tout retrouvé dans sa façon de gérer les hommes. Je n’ai pas joué autant que ce que je le souhaitais ». Le décor est posé …

Aujourd’hui, l’ex-entraîneur devenu chroniqueur sportif sur RMC analyse les problèmes bordelais. Décryptage :

RMC 4 décembre 2017 : « Le nombre de fois qu’une équipe perd un match, le match d’après tu arrives à réparer un peu les choses… Là, ils se sont laissés prendre dans une engrenage. Tout le monde a perdu confiance »
Là, Courbis met en avant l’incapacité de Gourvennec à stopper la spirale infernale depuis la claque contre le PSG.

RMC 4 décembre 2017 : « On voit cette équipe de Bordeaux jouer, sincèrement, je ne la trouve pas au top dans tous les secteurs. Et même dans certains secteurs qui me paraissent être des secteurs indispensables pour pouvoir bien fonctionner »
Traduction : Attaque, milieu ou défense rien ne fonctionne. Et en particulier la défense, sans laquelle tu ne peux rien bâtir.

RMC 4 décembre 2017 : « Et là, je vois en plus un De Préville avec beaucoup de qualités, mais utilisé dans une position qui me rappelle un peu Germain à Marseille : ce ne sont pas des 9 athlétiques, mais des joueurs très forts en duo, pas de façon solitaire »
En clair, Courbis ne comprend pas pourquoi Gourvennec a recruté Préville pour jouer seul en pointe.

RMC – 2 novembre : « Je vois la reconversion de Jérémy Toulalan au poste de défenseur central. Il peut dépanner à ce poste, mais c’est aussi parce qu’il ne pouvait plus jouer comme milieu de terrain. Il a des qualités et des défauts, comme beaucoup de joueurs. Est-ce que c’est une bonne formule ? Je ne la trouve pas mal, mais sur le plan défensif, j’ai quand même un grand point d’interrogation »

RMC – 27 octobre 2017 : « Je me pose la question de l’utilisation de Nicolas De Préville dans un 4-3-3. Je le vois plutôt en duo avec quelqu’un. C’est un joueur qui a besoin d’être associé avec quelqu’un ».

RMC 4 décembre 2017 : « Il y a beaucoup de choses à revoir».

Tout ceci avant d’ajouter un assassin  « Mais Jocelyn Gourvennec est suffisamment compétent pour les voir et les réparer ».

Merci Rolland, la barque est bien chargée !