Cet article a plus de 8 ans. Il ne concerne pas la saison actuelle. Pensez à le replacer dans son contexte !!!

L’histoire était écrite dès le premier jour …. En arrivant aux Girondins en collant des amendes aux joueurs qui arrivaient en retard à l’entrainement lors des deux premières séances, Jeannot avait déjà en partie scellé son destin…

Toute la saison des Girondins a été jalonnée de conflits entre le coach et ses joueurs, voire son staff technique. Au Mans, face à Arles, face à Lorient et enfin face à Sochaux, son groupe l’a humilié en laissant filer le match et le score.

Sa dernière trouvaille, renvoyer les internationaux sur le banc au bénéfice de Savic ou des frères Sané, a fait illusion pendant 2 matchs avant le feu d’artifice ultime face à Sochaux, en prenant 4 pions en 30 minutes…

Démission de Tigana

Mais qu’on ne s’y trompe pas : Jeannot est un type bien. Un type sincère, un type droit (sans doute trop) … mais d’un autre temps. Même dans les années 90, ses méthodes vis à vis des joueurs étaient discutées. Sa principale erreur fut d’avoir quitté ses vignes de Cassis pour rejoindre Bordeaux cette saison.

La vrai bourde, la vraie responsabilité du désastre, elle revient à la direction du club qui a considéré qu’il pouvait, avec ses méthodes et en sortant d’une semi-retraite footballistique, ramener le club au premier plan.

Du coté de Tigana, il ne faut pas que l’arbre cache la forêt. Les insultes verbales dont a fait l’objet sa fille de 16 ans ne doivent pas occulter ses responsabilités dans la situation dont son incapacité à communiquer avec son groupe, et ce dès le premier jour.

A trois reprises déjà, la rupture semblait consommée. A trois reprises, Tigana avait été menacé ou avait carrément proposé de jeter l’éponge. Trois fois, le club lui avait « maintenu son entière confiance« . Avec leur performance face à Sochaux, les joueurs ont enfin obtenus ce qu’il voulaient depuis la trêve hivernale…

Les joueurs sont des enfants gâtés, nous le savons tous. Mais la principale qualité d’un coach est de trouver « le discours » qui passe auprès de son groupe. Si il n’y arrive pas, effectivement il ne peut pas continuer et comme dans chacun des clubs dans lesquels il est passé, Jeannot part aujourd’hui de Bordeaux suite à un clash.

A Bordeaux, il faudra panser les cicatrices profondes de la saison 2010-2011 en espérant que le choix du prochain coach sera plus heureux et réfléchi…