La dérouillée reçue au Parc des Princes (6-2) ce samedi n’aura pas été qu’une déroute tactique. Elle aura également montré les limites mentales bordelaises, dont le comportement de Malcom est l’exemple le plus révélateur …

En demandant à Neymar son maillot dès la mi-temps puis en faisant des selfies tout sourire avec la star parisienne après le match, Malcom a montré pourquoi Bordeaux était venu au Parc : pour regarder les parisiens et faire des photos. Même si Malcom a tenté de trouver des solutions et de relancer son équipe malgré l’ampleur du score, quand tu en prends 6 (dont 5 en première période), il y a des trucs qui ne se font pas …

Certes Malcom a joué l’intégralité de la rencontre, certes il a inscrit 1 but sur penalty en fin de rencontre, certes il a tiré 6 fois au but, faisant de lui le joueur qui a le plus tenté sa chance et cadré 4 de ses 6 tirs (meilleur total également), mais l’image de Malcom qui se précipite à la mi-temps (5-1) pour échanger son maillot avec Neymar est choquante pour de nombreux supporters.

Et pas que pour eux …

Malcom

Olivier Dacourt« Ce qui me dérange vraiment c’est l’attitude des bordelais qui sont arrivés en spectateurs à la mi-temps. Quand tu prends 5 buts [en 1ere mi-temps], tu ne te dépêches pas pour aller faire un selfie ou échanger le maillot avec Neymar. À 5-1, tu rentres aux vestiaires et tu es énervé ».

Daniel Riolo« L’image, c’est Malcom. Le maillot à la pause, le selfie à la fin, la vedette des Girondins était venue pour voir Neymar. Personne ne lui dira rien, c’est le meilleur joueur de l’équipe. Mais moi, franchement, ça ne me plaît pas ».

Florian Brunet« On l’aime notre Malcom, mais parce qu’on l’aime, notre rôle est de lui dire que certaines choses ne se font pas […] Dans un très grand club, un tel comportement ne passerait pas […] Être un leader technique, un leader tout court, impose d’être également exemplaire en dehors. Le terrain n’excuse pas tout ».

Grégory Schneider « C’est honteux. Tu en prends six et tu fais un selfie ? Tu en prends six, tu vas te cacher. Ce que je ne supporte pas c’est la soumission. Le sport c’est tu regardes le mec en face de toi, les yeux dans les yeux, tu lui rentres dedans et si tu perds c’est bien joué. Là, c’est l’école des fans ».

Didier Roustan« Si tu es l’entraineur Jocelyn Gourvennec, que tu as pris six buts, et que ton joueur après il pense à échanger son maillot à la mi-temps, à faire des selfies… Malcom, il n’est pas dans Bordeaux, il est dans le FC Malcom ».

Une attitude qui nous rappelle que le grand Gennaro Gattuso déclarait il y a quelques mois « Quand je perdais un match, je cassais tout par frustration. Aujourd’hui, les gars perdent, font un selfie et le mettent sur internet, ils me dégoûtent ».

Alors, est-ce que Malcom aura droit à un sermon officiel de son entraîneur ou ses dirigeants ?