Cet article a plus de 6 années. Il ne concerne pas la saison actuelle. Pensez à le replacer dans son contexte !!!

Depuis 2 saisons, la direction des Girondins martèle que les finances du club sont ouvertement dans le rouge avec des déclaration comme « environ 15 Millions d’Euros de déficit » (Triaud, juin 2010, interview Sud-Ouest), puis « 6 à 8 Millions d’Euros de déficit » (Triaud, Sud-Ouest en mai 2011) et enfin « un déficit de 17 millions(*) d’euros cette saison et autant la saison prochaine » (Tavernost, L’Equipe, Aout 2011).

Si l’on en croit les dirigeants bordelais, le club serait donc un gouffre financier sans fond. Ce discours permet notamment de faire passer dans l’opinion et auprès des supporters la pilule d’un un recrutement minimaliste depuis 2 ans, l’année 2011 étant _sauf surprise de dernière heure_ la première saison depuis des années à offrir un mercato à zéro euro en Gironde.

Mais ces chiffres martelés dans la presse footballistique et aux supporters recouvrent-ils une quelconque réalité ? L’actionnaire M6 perd-il autant d’argent que cela avec les Girondins ? Retrouve-ton ces chiffres dans le résultat d’exploitation des Girondins ???

Rien n’est moins sûr…

Déjà, en 2010, la seule vente de Yohan Gourcuff (acheté 13 ME) a rapporté 22ME + divers bonus. Cette saison, les départs de Fernando (6 ME), Diarra (5 ME), Wendel (1.5 ME) mais également de Paul Lasne, Pierre Ducasse, Ulrich Ramé, Salif Sané et André ont rapporté au bas mot 12.5 ME au club mais également considérablement allégée la masse salariale.

Mais c’est dans les éléments comptables officiels du club publiés tant à la Ligue Nationale de Football qu’au greffe de Bordeaux que l’on touche du doigt la réalité des comptes bordelais…

Tavernost et Triaud

Et depuis 2005, les Girondins ont chaque saison présenté un résultat d’exploitation positif. Y compris pour la dernière saison 2009-2010 (+ 2.2 ME) alors que les dirigeants du club étalaient dans la presse une prévision de déficit de 6 à 15 ME !!!! Depuis 2005, le cumul des bénéfices des Girondins de Bordeaux s’établit à plus de 24 Millions d’Euros ! Ces résultats de compte d’exploitation sont indiscutables, ils peuvent être vérifiés dans les bilans diffusés par la DNCG et que nous vous proposons de consulter en fin de cet article… Vous y découvrirez les finances de la L1 et quels sont les clubs qui gagnent de l’argent et ceux qui en perdent. Et assurément ce n’est pas Bordeaux qui en perd.

Il y a donc une confusion sémantique savamment entretenue par les dirigeants entre les REDUCTIONS BUDGETAIRES réelles (le budget 2009-2010 était de 90 ME, le budget 2010-2011 était de 80 ME et le budget 2011-2012 sera de 70 ME) et des DEFICITS. Mais personne ne doit s’y tromper : les Girondins de Bordeaux sont un des rares clubs de Ligue qui GAGNE de l’argent chaque année depuis 2005. Evoquer des « déficits » comme le font depuis 2 ans les dirigeants de Bordeaux à chaque intersaison est une vision tronquée et alarmiste.

D’ailleurs, Nicolas de Tavernost enfonce le clou et s’enorgueillit de n’avoir jamais perdu d’argent avec les Girondins dans la presse économique (Capital de juillet 2011) « Depuis onze ans en résultats cumulés, nous n’avons pas perdu d’argent avec le club. C’est très exotique dans le football » avant de s’empresser de tempérer « Aujourd’hui, la situation devient plus compliquée. On sera donc prudent sur la gestion du foot même si cela peut faire râler certains supporters ». Messieurs les supporters, vous êtes prévenus.

Il y a donc un double discours des dirigeants bordelais :
– Un discours (véridique) où l’on gagne de l’argent avec les Girondins, devant les actionnaires et dans la presse économique
– Un discours (alarmiste) où le club enregistre des déficits importants, devant les supporters et la presse locale.

La réalité est toute simple. M6 est un actionnaire qui gagne de l’argent avec les Girondins et qui protège ses bénéfices futurs. La non-participation à la Ligue des Champions, la baisse annoncée des droits TV à partir de 2012 conduisent M6 à « réduire la voilure » et les ambitions sportives pour faire fonctionner le club avec des budgets plus faibles que les dernières années. La messe est dite quand le même Tavernost déclare en avril 2011 « Regardez Rennes par exemple : il n’y a pas un salaire qui dépasse les 100.000 euros. Je n’ai pas l’impression que cela les empêche de réaliser une belle saison ». Le club est piloté par les exigences budgétaires de l’actionnaire : on adapte le sportif aux exigences financières, mais pas l’inverse …
On est quand même loin des années Blanc où Bordeaux devait dorénavant jouer dans la cour des grands d’Europe …

On ne saurait blâmer un club de ne pas dépenser l’argent qu’il n’a pas. Mais même dans le monde de l’entreprise, n’est-ce pas aussi le rôle d’un actionnaire de prendre des risques financiers pour l’entreprise puisse atteindre des objectifs élevés ? Ou alors on admet qu’il n’y a pas d’autre objectif que de rester une épicerie de quartier: au mieux un bon club de L1, au pire on joue avec le feu et la relégation tous les ans…

Maintenant, la politique du double discours reste pour le moins ambiguë. Et les supporters doivent clairement intégrer que tant que M6 sera aux manettes, Bordeaux restera piloté par les exigences comptables de son actionnaire mais certainement pas par un quelconque projet sportif.

Comptes 2004-2005 DNCG page 66 -1.2 ME
Comptes 2005-2006 DNCG page 78 +2.5 ME
Comptes 2006-2007 DNCG page 82 +11 ME
Comptes 2007-2008 DNCG page 86 +4.2 ME
Comptes 2008-2009 DNCG page 15 +4.1 ME
Comptes 2009-2010 DNCG page 5 +2.2 ME

(*) L’Equipe a publié un rectificatif indiquant qu’il fallait lire « 7 millions cette saison et 17 millions la saison prochaine »