Cet article a plus de 3 années. Il ne concerne pas la saison actuelle. Pensez à le replacer dans son contexte !!!

29 novembre 2015 : Caen humilie les Girondins 1-4 sur la (chère) pelouse du nouveau stade que les contribuables bordelais leur ont offert. A la sortie du terrain, Triaud fustige le catastrophisme des médias, Sagnol n’a pas d’autre solution que de proposer de faire le « dos rond ».

Pourtant les chiffres sont là, terribles : Bordeaux est 14eme du championnat à 4 points du 1er relégable. Bordeaux est l’avant dernière défense du championnat avec 25 buts encaissés en 15 journées.

Triaud, dépassé

Les coupables :

  1. les joueurs : des absences de marquage en défense, impensables en L1. Aucune envie, des duels systématiquement perdus, des ballons jamais suivis, une parodie de jeu
  2. Sagnol : Des schémas tactiques indéchiffrables, des changements incompréhensibles, des joueurs qui changent de poste à chaque match, il patauge, il subit, il ne sait pas quoi faire. Et maintenant ça se voit. Pire, son coté girouette déstabilise encore plus les joueurs qui perdent leur repère. L’image du jeune Guilbert, en pleurs sur le banc, après avoir été sorti au bout de 25mn laissera sans doute des traces
  3. Triaud : En affaiblissant l’effectif saison après saison, en cumulant les échecs de recrutement, en disant tout et son contraire, en refusant d’endosser la moindre part de responsabilité, en restant dans le commentaire et en espérant que le plomb se transforme en or du simple fait de la trève hivernale, il contribue à l’image d’un club à la dérive
  4. Tavernost : En réduisant année après année le budget du club, en sanctuarisant son ami d’enfance à la tête du club, en refusant tout débat sur l’agonie du club, notamment en raillant Christophe Dugarry tirant la sonnette d’alarme.
  5. Alain Juppé : Très actif quand il s’agit de dépenser 200 ME pour construire un stade au milieu de nulle-part, très discret quand le nom de « Bordeaux » devient la risée du foot hexagonal. Où êtes vous Monsieur le Maire ? A moins que vous n’ayez déjà quitté Bordeaux pour voguer vers d’autres cieux ? A moins que votre proximité avec Jean-Louis Triaud vous empêche d’aborder les sujets qui fâchent ?

Triaud, hagard

A l’arrivée, un club à la dérive, malgré un budget de 60 ME/an. Une équipe composée pour moitié de trentenaires sans espoir de trouver un autre point de chute et attendant leur fin de carrière et pour moitié de jeunes pousses venues de la CFA, la plupart sans talent ni même véritable envie. Seuls à surnager dans cet univers de médiocrité, Khazri (par sa technique) et Crivelli (par sa combativité sans faille).

On en est encore à s’interroger sur les prolongations de contrats offertes à Jussie, à Traore ou même à Diabaté qui ne semble plus que l’ombre du joueur qu’il fut : à bientôt 28 ans, il serait (grand) temps qu’il confirme les espoirs que Bordeaux à mis en lui depuis 10 ans !

Nouveau stade des Girondins

Le « capital » joueur bordelais a fondu depuis 2010 : 14 joueurs sont partis libres du club ! A ce rythme, c’est sûr que ça devient compliqué de recruter. Le foot, c’est aussi savoir vendre avant de savoir acheter !!!

Faudra-t-il flirter encore plus près de la ligne rouge de relégation pour que des décisions fortes soient prise au sein du club ? Ou une place de 10 ou 12eme permettra de rejouer encore le sketch l’année prochaine ?